Benoît XVI avait raison

Le Pape a scientifiquement raison…

Du directeur du Projet de recherche sur la prévention du sida à l’université de Harvard aux Etats-Unis, Edward C. Green :

G « Le Pape a raison. Ou pour répondre plus précisément : les meilleures données dont nous disposons confirment les propos du Pape. Il existe une relation systématique, mise en évidence par nos meilleures enquêtes, y compris celles menées par l’organisme “Demographic Health Surveys” financé par les Etats-Unis, entre l’accès facilité aux préservatifs et leur usage plus fréquent et des taux d’infection par le virus du sida plus élevés, et non plus faibles. Cela pourrait être dû en partie au phénomène connu sous le nom de “compensation du risque”, ce qui veut dire que lorsque l’on a recours à une “technologie” de réduction du risque comme le préservatif, l’on perd souvent le bénéfice lié à la réduction du risque par une “compensation” qui consiste à prendre davantage de risquesqu’on ne le ferait en l’absence de technologie de réduction du risque. » (Edward C. Green)

Bref, le pape Benoît XVI n’a fait que remarquer l’échec, du moins la non-réussite de la politique du préservatif en rappelant que les seules techniques qui protègent à 100 % du virus du SIDA ou d’autres maladies sexuellement transmissibles restent à l’heure actuelle l’abstinence et la fidélité. Où est le scandale? Sur quel point s’est-il trompé? Il ne s’agit ni d’éthique ni de religion mais de santé et le tapage médiatique qui s’est élevé contre ces propos montrent bien le malaise de notre société qui n’arrive à trouver à ces problèmes des solutions autres que celles naturelles proposées depuis des siècles par l’Eglise…

Guy d’Aulrois

 


Répondre

Cours d'anglais |
regisdebray |
flam's |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIVE
| Pour une Constituante
| alexandradaddario